Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog est dédié à ma passion de la montagne, que ce soit randonnée, alpinisme, ski de randonnée, escalade, cascade de glace, goulottes ou via ferrata ainsi qu'à mes voyages en Europe et dans le monde. Bonne visite dans mon petit monde de rêve !

02 Aug

Pollux - 4091 m

Publié par Les Chouchoux  - Catégories :  #Les 4000, #Mont-Rose, #Courses de neige

Le Pollux est le premier des onze sommets que nous avons prévus de faire lors de notre traversée du Mont-Rose avec Anouk et Georges.

Les dates sont bloquées depuis longtemps vu l'emploi du temps de chacun et nous sommes tous impatients de partir. Nous décidons de dormir à Täsch vendredi soir afin de prendre le premier train et ensuite la première cabine pour le Petit Cervin.

Nous passons une excellente soirée tous les quatres et faisons un étalage de nourriture sur le lit de l'hôtel afin de préparer nos casse-croûtes de la semaine. Autant dire que nous n'allons par mourir de faim !

Au réveil samedi matin le ciel entièrement dégagé laisse présager une journée magnifique. Nous partons donc dans la bonne humeur en direction de Zermatt.

De là, les cabines nous amènent en quelques minutes au Petit Cervin à environ 3800 m d'altitude, sans le moindre effort. Autant dire qu'il n'y a pas d'acclimatation !

Heureusement, la course débute tout tranquillement en traversant le plateau du Breithorn, sous les sommets Central et Oriental de ce dernier.

Nous prenons notre temps et faisons quelques photos de tous ces 4000 qui nous dominent. Nous voyons déjà le Pollux et à sa droite le Castor, dont la traversée est prévue pour dimanche avant de redescendre sur le refuge Quitino Sella.

Quelques belles crevasses sont déjà bien présentes et certains ponts de neige bien douteux. Nous marchons corde tendue et tout se passe sans problème même si nous sommes obligés de faire quelques sauts pour les éviter.

Le temps de prendre notre souffle, une courte montée nous mène au pied du Pollux. De là nous commençons la partie rocheuse, assez facile et ludique.

Tout le monde est en pleine forme et d'excellente humeur et nous montons dans une sympathique ambiance.

Nous rejoignons bientôt les dalles équipées de cordes fixes (passage de III+), mais rendu facile grâce à ces dernières. Par sécurité, Chouchou décide tout de même de nous assurer et nous montons ainsi sans aucun problème.

Enfin, cela tire bien sur les bras et nous nous entraidons les uns les autres, au milieu de bons rires.

La situation est juste un peu plus problèmatique lorsque nous croisons une cordée qui descend, mais enfin chacun arrive à se débrouiller comme il peut. Anouk et moi nous faisons même draguer devant nos Chouchoux par deux jeunes hommes très rigolos qui nous promettent le champagne et la suite au refuge :-)

Arrivés au sommet des rochers, nous sommes accueillis par la Vierge et le Christ qui veillent sur la montagne et sur nous.

La vue est magnifique sur le Castor

Il ne nous reste ensuite qu'un petit bout d'arête en neige afin d'atteindre le sommet. Les mollets chauffent et le souffle se fait plus court, mais enfin nous arrivons au sommet de notre premier 4000 de la semaine.

Nous sommes tous très heureux et enchantés de cette course variée et agréable. Après les bisoux et les félicitations d'usage nous redescendons en direction du Refuge des Guides d'Ayas où nous allons passer la nuit.

Cinq ou six personnes se sont lancées dans le passage des cordes fixes alors que nous descendions et nous nous retrouvons Anouk et moi saucissonnées entre deux gros gaillards, autant dire que nous ne sentons plus le vent !

Enfin, après quelques exercices pas très nets nous arrivons à nous dépatouiller de la situation bien drôle et arrivons au pied des dalles.

Entre-temps les nuages ont fait leur apparition et nous n'y voyons plus rien. Arrivés au pied des rochers nous demandons à un guide américain fort sympathique si nous pouvons le suivre.

Bien sûr nous avons notre GPS, mais les crevasses ne sont pas indiquées ! Et ce n'est pas peu dire qu'il y en a plein ! Il est trois heures de l'après-midi  et la neige est très molle, nous sommes donc plus que prudents.

Enfin, après nous être retrouvés entourrés de crevasses, nous arrivons tout de même au refuge et avons droit à une chambre pour nous quatre ! Grand luxe des refuges italiens et bien sûr on nous demande de choisir notre entrée, pâtes ou minestrone !

Dehors le mauvais temps est vraiment là et ne laisse rien présager de bon pour le lendemain. Nous décidons tout de même de nous lever à 4h30. Un violent orage nous réveille dans la nuit et lorsque nous nous réveillons, tout est complètement bouché.

Nous devons nous résoudre à la seule option possible et à celle que toutes les personnes présentes prennent, c'est de retourner au Petit Cervin et de rentrer.

Il ne sert à rien de rester un jour de plus, car le météo de lundi sera encore plus pourrie !

Mais enfin, quel retour nous avons ! Le départ du refuge se passe plutôt bien, il n'y a pas trop de vent et nous avons encore de la visibilité.

Tout à coup, il se lève, tempétueux, des grêlons tombent et nous brûlent presque les jambes à travers de nos pantalons. On n'y voit plus rien et nous avançons têtes baissées, le visage caché dans nos vestes !

On se croirait dans un film au Pôle Nord et nous marchons  tant bien que mal courbés pour lutter contre cette force invisible qui n'attend qu'un moment d'inattention pour nous jeter à terre.

Bien sûr, nous devons repasser sur les crevasses de la veille et nous avons l'impression que celle-ci n'attendent que nous ! La neige est molle et nous devons donc être très prudents.

Enfin tout se passe pour le mieux et nous rions de cette situation incroyable, presque pire qu'en hiver. Nous avons l'impression d'être seuls, perdus au milieu de nul part, lorsque tout à coup nous croisons deux personnes.

J'ai l'impression de voir deux martiens et me demande ce qu'ils foutent là, alors qu'ils doivent se poser la même question :-)

Malgré tout, nous arrivons bientôt au Petit Cervin et sommes bien heureux de nous retrouver au chaud !

La cabine ne fonctionne pas, il y a une panne d'électiricté et nous restons bloqués près de deux heures au restaurant. Dehors la tempête fait toujours rage, la neige tombe à plat et nous voyons d'énormes éclairs.

Nous ne nous laissons pas abattre et mangeons notre gargantuesque pic-nic en attendant de pouvoir bouger.

Vers midi nous pouvons descendre, 1250 kg de pierres ont été mises au milieu de la cabine... situation rocambolesque, mais très amusante.

Nous arrivons sans encombres jusqu'à Zermatt où nous faisons un peu de shopping avant d'aller manger une bonne assiette de röstis !

Et voilà un week-end bien rempli et qui nous a rappelé que si la montagne est belle lorsque le soleil brille, elle change bien vite de visage lorsque le mauvais temps s'installe. Aussi il est important de bien préparer ses courses et de savoir se débrouiller dans toute situation.

De notre côté, nous avons passé deux jours formidables et avons également bien apprécié cette journée mouvementée et riche en émotions.

Je ne peux que confirmer que nous faisons tous les quatre une cordée du tonnerre et qu'il n'y a jamais un problème ni une tension entre-nous, mais au contraire que nous nous soutenons les uns les autres et que des liens forts nous unissent.

Vivement de nouvelles aventures et le Mont-Rose... ce n'est que partie remise !

Album photo : http://www.leschouchoux.com/album-1434286.html

itinéraire : http://www.camptocamp.org/routes/54631/fr/pollux-arete-sw

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog est dédié à ma passion de la montagne, que ce soit randonnée, alpinisme, ski de randonnée, escalade, cascade de glace, goulottes ou via ferrata ainsi qu'à mes voyages en Europe et dans le monde. Bonne visite dans mon petit monde de rêve !